Commune de CHATEAU CHINON

Site officiel de la Commune de CHATEAU CHINON VILLE


Fontaine Jean Tinguely – Niki de Saint Phalle

FONTAINE

Cette fontaine est une œuvre d’art, rare puisqu’il en existe peu dans le monde, probablement cinq. A Paris, dans l’espace Beaubourg, on peut admirer sa sœur jumelle alors qu’à Bâle, il y a une fontaine uniquement créée par Jean Tinguely sans les structures colorées de Niki de Saint Phalle.

Tinguely occupe une place particulière et originale dans l’art contemporain. Ses œuvres se déclinent sur quatre plans : fontaine Niky St Phalle

- la ferraille : il récupère des objets au rebut et les combine pour en faire des assemblages assez hétéroclites

- le mouvement, engendré d’abord par des systèmes manuels, puis par des moteurs électriques permettant aux structures de se déplacer à des vitesses variables mais suivant un cycle régulier.

- le noir : Tinguely a voulu que ses mécanismes, justement parce qu’ils viennent d’objets désuets, évoquent les mécaniques d’autrefois, noirs et couleur cambouis. Ce noir, cette matière mal dégrossie, s’oppose, sans doute ironiquement aux structures brillantes et flamboyantes de Niki.

- le bruit : qui est un autre moyen d’expression pour Tinguely. Il a souhaité que ses machines soient bruyantes et que leur mouvement s’accompagne de craquements, de sifflements, de chuintements, de grincements.

La part prise dans l’œuvre dans l’ensemble de l’œuvre par Niki est essentielle. Les structures colorées, déroutantes, caricaturales, les célèbres « Nanas », les serpents, etc… L’addition du talent de ces deux artistes, l’un plus matérialiste, l’autre plus brillant, plus surprenant, plus coloré, surprend, mais séduit.

Le visiteur hésite entre l’appréciation d’un humour parodique et un certain agacement engendré par l’agressivité du fond sonore criard et peu harmonieux de ces machines. Mais il est conquit par l’originalité et la coloration flamboyante des sculptures.